Les araignées thomises ou, araignées crabes... les bien nommées ! 

Magnifiques, n'est-ce pas ? 

Et la fabuleuse, la merveilleuse, la... et bien oui ! l'admirable 

pisaure admirable ! 

Les saltiques, craquantes bien qu'aussi prédatrices que les autres 

Certes, l'araignée n'est pas un insecte,  mais si ce n'était cette paire de pattes supplémentaire et quelques bêtes détails de rien du tout... elle trouverait à ce point sa place dans cette famille que bon nombre de livres ou de sites enthomologistes ne peuvent résister à l'envie de leur créer une petite catégorie annexe. 

L'araignée donc. 

Petite, moins petite... tisseuse, sauteuse, coureuse...  vive, sombre, agressive, passive, belle, monstrueuse (les deux derniers qualitatifs étant hautement subjectifs, je l'admet volontier) 

Sans être particulièrement phobique des araignées, en tous les cas, bien moins que je ne l'étais des frelons et des guêpes, je n'avais il est vrai, aucun attachement particulier pour cet animal que je trouvais étrange et inquiétant. 

Comme beaucoup, je ne savais quasiment rien sur elles, si ce n'est craindre me réveiller la nuit avec l'une d'elles se baladant sur moi... ce qui est complètement aberrant lorsqu'on connaît leur mode de vie. 

 

Pas de panique !

Les araignées

Et puis, toujours grâce à la macro-photo, j'ai eu l'occasion de les approcher d'un peu plus près, puis plus près encore, jusqu'à quasiment les toucher... et surtout, les admirer. 

Aujourd'hui, je crois que le mot qu'il me faut employer, c'est : fascination et même pour certaines d'entre elles, comme les saltiques ou la pisaure admirable : tendresse.