Vous je ne sais pas, mais moi je suis sous le charme ! 

La dernière mante que j'ai vu lors de cette saison pleine de découvertes, était splendide ! énorme ! Une femelle que j'ai tenté de mesurer avec un bâton que j'ai ramené ensuite à la maison. Je dirais : plus de 9cm ! et surtout, d'une épaisseur qui ne laissait aucun doute sur son état. 

Elle se trainait d'ailleurs avec difficulté et j'imagine qu'elle cherchait un endroit pour bâtir le nid dans lequel ses petits allaient passer l'hiver. 

Je réalise alors  que c'est une machine à tuer, à broyer, à bouloter... et que si ce n'était sa taille, elle ne verrait aucun inconvénient à me traiter en dessert. J'en reviens à des sentiments un peu moins amicaux à son encontre et me découvre quelques frissons sur les bras qui mettent un temps fou à se résorber. 

Je les trouvais belles, et finalement pas si inquiétantes que ça ! D'ailleurs, elles n'avaient pas l'air bien rassurées à la vue de mon appareil photo. 

Et puis un jour, sans me méfier, alors que je mitraille à tout va dans un chemin aux abords d'une station d'épuration, je découvre une mante adulte, une femelle je crois, en train de bouloter un de mes papillons préférés, une hespérie, probablement une bande noire, à moins que ce ne soit une sylvaine, mais comment savoir avec certitude ? 

La mante n'a pas l'air d'être impressionnée par ma présence et me jette un œil rose du style : 

"Je termine avec elle et m'occupe de toi après". 

Elle mesurait sûrement 7 cm, si ce n'est 8... et sa mastication mandibulaire me la rendait tout juste sympathique. 

Arrive le mois d'aôut, sa chaleur, sa flore luxuriante. Je découvre émerveillée  un mâle en train de me jouer  le grand jeu de la séduction. 

Sans même vraiment réaliser, je regardais une mante adulte de 7 bons centimètres, sans frémir, sans même que mon rythme cardiaque ne s'en trouve perturbé ! 

Quelle idée avait-je eu ? les Mantes ? inquiétantes ? pfff... encore de ces croyances stupides ! 

Et puis au mois de Juillet, j'ai découvert un de leurs repaires, près d'un petit lac que j'affectionne. Il y en avait toute une colonie, de toutes les tailles (enfin, c'est ce que je croyais) et je n'ai pas eu trop de difficulté à les approcher, même les plus grosses qui devaient mesurer entre 4 et 5 cm et qui étaient un peu plus épaisses, un peu plus "consistantes" que la toute petite pichounette du mois de juin. 

La mante religieuse... drôle d'animal, tout le monde en convient ! Je n'en avais vu qu'en photo et l'avais classée plus ou moins inconsciemment comme "animal exotique"... et n'imaginais pas en rencontrer un jour. 

Et puis, ayant attrapé le goût du monde de l'herbe, j'ai eu petit à petit l'envie de les croiser... une envie mêlée à une certaine crainte, je l'avoue... la crainte de l'inconnu bien sûr. Mais la vie est bien faite, car au printemps, que croise-t-on ? 

Pas de panique !

Les mantes religieuses 

Et oui ! Des bébés !  Cette petite mante croisée fin juin dans les hautes herbes ne devait pas mesurer plus de 3 cm. Elle me regardait avec ses drôles de yeux globuleux, à la fois inquiète et pleine de courage, prête à en découdre s'il fallait. Je me suis dit :"ah ouais ! c'est ça une mante" ?