Description des différents ordres 

Groupe des insectes primitifs : Aptérygotes 

. Insectes primitivement sans ailes, contrairement à ceux qui sont devenus secondairement aptères (sans ailes).

D’autres caractères communs à ces insectes sont l’existence de vestiges de pattes sur l’abdomen et la succession des mues pendant toute l’existence. Pas de copulation : le sperme est déposé à terre et la femelle le recueille.

-          Sous-classe des Entognates. Appareil buccal enfoncé dans la tête. Les trois ordres suivants en font partie.

Ordre des Diploures 

Très petits insectes atteignant 10 mm ; longues antennes ; présence de cerques plus ou moins longs, articulés ou non. Corps faiblement pigmenté ; vivent dans le sol (milieu humide et obscur). Cosmopolites. Environ 500 espèces. Un petit nombre en Europe.

Ordre des Protoures 

                Très petits insectes ne dépassant pas 2 mm de long. Pas d’antennes ni d’yeux. Première paire de pattes tournée en avant, pourvue de soies sensorielles jouant le rôle d’antennes. Corps allongé, formé de 12 segments. Vivent dans le sol. Environ 140 espèces connues. Un petit nombre en Europe.

Ordre des Collemboles 

                Petits insectes (10 mm au maximum) parfois vivement colorés ; 6 segments abdominaux. Tête pourvue d’antennes et de petits yeux composés. Un organe de saut fourchu, rabattu sous l’abdomen au repos, utilisé pour fuir en cas de danger. Vivent dans les couches superficielles du sol et peuvent être très nombreux : jusqu’à 400 000 au mètre carré. Habitat et régime très varié. Ont une grosse importance pour la formation de l’humus. Environ 4 000 espèces dont 300 en Europe centrale.

-          Sous-classe des Ectognathes. Appareil buccal articulé librement sur la capsule céphalique. A ce groupe appartiennent deux ordres d’Aptérygotes mais aussi tous les insectes ailés.

Ordres des Zygentomes, lépismes 

                Avec les Archaeognathes, ils forment un groupe dont les membres se distinguent surtout par la forme des pièces buccales et des yeux, c’est pourquoi nous citerons leurs caractères communs. Ce sont de petits insectes (maximum 20 mm) recouverts d’écailles ; l’abdomen est terminé par 3 appendices, 2 cerques et un filament terminal ; longues antennes, petits yeux composés chez les lepismes, mais pas d’ocelles ; seulement des ocelles chez les Archaeognathes. Chez nous, les premiers vivent surtout dans les bâtiments, les autres en nature. Environ 250 Arcgaeigbatges et 300 Zygentomes. En Europe centrale, environ 15 Archaeognathes. En France, 9 lépismes.

Groupe des insectes ailés : Ptérygotes.

Les insectes des ordres suivants sont ailés sauf exceptions (dans ce cas, ils sont devenus aptères secondairement).

Ces insectes s’accouplent et ont un stade larvaire, les adultes ne muent pas.

                Subdivision des Hémimétaboles. Elle comprend tous les ordres chez lesquels les métamorphoses sont incomplètes. Après chaque mue, les larves ressemblent un peu plus aux imagos et acquièrent des ébauches alaires de plus en plus grandes ; le dernier stade larvaire est appelé « nymphe ». Contrairement aux larves de Holométaboles, celles des Hémimétaboles ont des yeux composés. Les ordres suivants jusqu’aux Homoptères inclus en font partie.

 

 

Ordre des Odonates, libellules, demoiselles 

                Insectes souvent très grands. Ailes longues, corps long et mince, généralement vivement coloré. Grosse tête très mobile, yeux volumineux, antennes très brèves. Appareil buccal broyeur. Ailes translucides, nervures en réseau, peu tachetées ; chez les libellules, elles sont étalées latéralement au repos, chez les demoiselles, elles sont repliées au-dessus du dos. Non couplées, de taille presque équivalente, les ailes battent de façon indépendante. Insectes diurnes, vivant généralement près de l’eau dont ils s’éloignent parfois. Métamorphoses incomplètes dans l’eau. Larves et imagos sont carnivores ; les larves prennent leurs proies avec un « masque » (lèvre inférieure transformée), les adultes avec leurs pattes, en vol. Environs 5 000 espèces dont 95 en France.

Ordre des Plécoptères, perles. 

                Insectes petits ou de taille moyenne, atteignant 50 mm d’envergure. Corps mou, allongé. Extrémité de l’abdomen avec 2 longs cerques articulés. Longues antennes. Les ailes, aux nervures en réseau, sont de forme différentes, les postérieures étant plus longues que les antérieures et échancrées. Au repos, elles sont pliées à plat sur l’abdomen ou enroulées. Les perles ne volent pas volontiers et se tiennent souvent sur des pierres. Les imagos sont végétariens ou ne mangent rien. Métamorphoses incomplètes dans l’eau pure ; les larves végétariennes ou carnivores, respirent par des branchies. Imagos et larves sont capturés par des oiseaux et des poissons. Environ 2 000 espèces dont une centaine en Europe. Leur présence témoigne de la qualité de l’eau.

Ordre des Embioptères, embies 

                Petits insectes (quelques millimètres) allongés ; yeux composés, pas d’ocelles, appareil buccal broyeur. Les mâles ont des ailes étroites à nervation simple ; femelles aptères. Premiers articles des tarses antérieurs dilatés, renfermant des glandes séricigènes utilisées pour la préparation d’un fourreau. Régime végétarien. Vivent souvent en petits groupes dans leur abri placé sous des pierres. Les familles restent groupées un certain temps. 200 espèces. Vivent dans les pays chauds. En France, seulement 2 espèces près des côtes de la Méditerranée.

Ordre des Dermaptères, forficules (= perce-oreilles) 

                Insectes atteignant 25 mm de long, bruns, caractérisés par leurs cerques abdominaux en forme de pinces. Tête arrondie, appareil buccal broyeur, antennes assez longues, yeux composés. Généralement deux paires d’ailes, les antérieures (tegmina) parcheminées, courtes, les autres membraneuses, repliées en éventail, sont souvent atrophiées. Les sujets ailés, capables de voler, se déplacent rarement ainsi. Mâles et femelles, distingués d’après la forme de leurs pinces et le nombre des segments abdominaux (mâles : 10 ; femelles : 8). Métamorphoses incomplètes. Larves et imagos végétariens et carnivores. Groupe essentiellement tropical. 1 300 espèces. Une vingtaine d’espèces en France.

Ordre des Mantoptères, mantes 

                Insectes assez gros, reconnaissables à la forme de leur tête et à leur posture de chasse. Corps allongé ; chez les pattes antérieures, le fémur et le tibia qui servent à maintenir les proies, peuvent être repliés comme une lame de canif et sont pourvus d’épine du côté interne. Tête très mobile, portant des yeux composés, des ocelles et des antennes assez longues. Les deux paires d’ailes sont bien développées et sont repliées sur le corps au repos, mais les mantes volent mal ; les antérieures sont plus étroites et plus raides que les postérieures. Métamorphoses incomplètes ; œufs enfermés dans des oothèques qui les protègent des prédateurs et des fortes chaleurs. Imagos et larves sont carnivores et chassent à l’affût. Environ 2 000 espèces surtout tropicales.  6 espèces en France.

Ordre des Blattoptères, blattes (cafards) 

                Insectes assez grands, aplatis ; tête tournée vers le bas ; longues antennes filiformes, appareil buccal broyeur, pattes robustes pourvues de fortes épines. Ailes souvent bien développées, parfois absentes ou brèves. Ailes antérieures  plus ou moins sclérifiées, formant des élytres ; les postérieures plus larges, membraneuses. Volent mal mais courent vite et agilement. Cerques à l’extrémité de l’abdomen. Métamorphoses incomplètes. Œufs enfermés dans une oothèque que la femelle porte quelque temps. En Europe, quelques espèces végétariennes vivent en nature. Les autres, omnivores, envahissent les maisons et peuvent faire des dégâts.  3 000 espèces dont 15 en France.

Ordre des Isoptères, termites 

                En général, petits insectes atteignant 20 mm de long. Corps mou, allongé. Tête pourvue de brèves antennes, appareil buccal broyeur, yeux souvent atrophiés ou absents. Seuls les reproducteurs ont des ailes étroites et toutes semblables mais qui sont caduques. Insectes sociaux chez lesquels existent plusieurs castes ayant des fonctions particulières. Les ouvriers entretiennent le nid et cherchent la nourriture, essentiellement d’origine végétale, dont la cellulose est digérée dans l’intestin à l’aide de protozoaires. Les soldats qui défendent la société sont, comme le roi et la reine, nourris par les ouvriers. Les sexués vivent longtemps et assurent la reproduction. Métamorphoses incomplètes, larves nourries et soignées. 2 000 espèces surtout dans les régions chaudes. En France, 3 espèces (principalement dans le Sud-Ouest mais aussi jusque dans la région parisienne).

Ordre des Chéleutoptères, phasmes, phyllies 

                Insectes le plus souvent de grande taille dont il existe deux types : les phasmes au corps très allongé, les phyllies aplaties et en forme de feuilles. Trois espèces de phasme vivent en France. Certains phasmes sont élevés en captivité comme animaux de laboratoire. La plupart vivent dans les régions tropicales. Appareil buccal broyeur, pattes et antennes très longues, souvent aptères. Chez certaines espèces il n’y a que des femelles qui se reproduisent par parthénogenèse. Larves et imagos sont végétariens. Au total, environ 2 500 espèces.

Ordre des Orthoptères, criquets, sauterelles, grillons 

                On sépare souvent les ensifères (sauterelles, grillon) et les caelifères (criquets).  On reconnait les premiers à leurs antennes filiformes plus longues que le corps. Leurs organes auditifs sont situés sur les tibias antérieurs ; élytres modifiés en organe stridulant. Les seconds ont de très courtes antennes ; l’organe stridulant est formé par les fémurs postérieurs et une nervure des élytres ; organes auditifs à la base de l’abdomen. Tous les Saltatoria ont la tête tournée vers le bas et un appareil buccal broyeur, des yeux composés et des ocelles. Les ailes peuvent être atrophiées ; les antérieures sont étroites, dures, les postérieures plus larges et membraneuses. Aptitude au vol très variable. Tous ont des pattes postérieures adaptées au saut, souvent plus employé que le vol. les femelles ont un oviscapte (organe de ponte) plus ou moins long. Les grillons se distinguent par leur aspect un peu différent. Environ 15 000 espèces dont environ 155 en France.

Ordre des Psocoptères, psoques 

                Très petits insectes (maximum 6 mm) au corps mou. Tête assez grosse ; yeux composés, longues antennes filiformes. Appareil buccal broyeur. Ailes plus longues que le corps, généralement incolores ou faiblement tachetées, à nervation simple, souvent réduites à de petites écailles ou même absentes. Métamorphoses incomplètes. Larves et imagos sont végétariens (lichens, champignons) quand ils vivent en nature ou mangent des substances organiques (collection de plantes, d’insectes, provisions) quand ils sont dans les maisons ; dans ce cas, ils font des dégâts. Un millier d’espèces connues dont environ 100 en Europe centrale. Identification difficile.

Ordre des Phtiraptères, poux 

                Petits insectes parasites (maximum 6 mm) au corps aplati, ovale ou allongé ; toujours aptères. Segments du thorax soudés ; pattes très robustes, le tibia porte une saillie sur laquelle le tarse se rabat, formant une pince qui fixe l’insecte aux poils de l’hôte. Œufs (lentes) collés sur les poils. Les larves et les imagos se nourrissent du sang de l’hôte. La plupart vivent sur une espèce-hôte bien déterminée (plusieurs sur l’homme) et peuvent transporter des agents pathogènes. Environs 400 espèces plus ou moins cosmopolites.

Ordre des Thysanoptères, thrips 

                Très petits insectes (maximum 3 mm). Corps étroit, antennes courtes, appareil buccal piqueur-suceur, asymétrique. Caractérisés par leurs ailes étroites, bordées de très longues franges de cils. Pattes munies d’une vésicule dilatable servant de ventouse. Certaines espèces sont aptères. Métamorphoses intermédiaires entre celles de type complet et incomplet. Plusieurs stades, dont deux sont immobiles (« pronymphe » et « nymphe »). Larves et imagos sont très nombreux, se nourrissent de sève ; quelques espèces parasitent d’autres insectes. Certaines espèces font d’importants dégâts dans les champs. Environ 4 000 espèces dont 300 en Europe centrale.

Ordre des Hétéroptères, punaises 

                En Europe, ces insectes ne dépassent guère 20 mm de long. Corps généralement aplati, ovale ou allongé, coloration terne sauf exceptions (couleurs d’avertissement). Yeux composés et ocelles présents, antennes de longueur variable, à petit nombre d’articles. Le pronotum porte une large plaque (écusson ou scutum). Quelques espèces sont aptères ou ont des ailes courtes ; chez la plupart, les ailes antérieurs (hémélytres) ont une structure particulières : les deux tiers proches du corps sont sclérifiés, le troisième, éloigné du corps, étant membraneux et présentant un reste de nervation utile pour l’identification. Les ailes postérieurs sont membraneuses, un peu plus petites et, au repos, sont cachées sous les hémélytres. L’écusson et les hémélytres donnent aux Hétéroptères un aspect tout à fait caractéristique. Pattes de forme variable, adaptées au genre de vie, par exemple chez les punaises aquatiques. La plupart des Hétéroptères émettent des sécrétions malodorantes ayant un effet répulsif vis-à-vis des prédateurs ; ils peuvent aussi piquer. Métamorphoses incomplètes ; larves et imagos peuvent vivre en des lieux très différents, avoir une nourriture différente (appareil buccal piqueur-suceur chez les adultes) ; la plupart absorbent des sucs végétaux ou sont carnivores ; il y a aussi des parasites des vertébrés. Certains font des dégâts, d’autres détruisent des ennemis des plantes.  40 000 espèces dont 2 000 en France.

Ordre des Homoptères, pucerons, cigales, cochenilles 

                Autrefois réunis aux Hétéroptères dans l’ordre des Hémiptères, les Homoptères en sont maintenant séparés. Il s’agit d’un ordre très polymorphe. Taille très variable. Appareil buccal piqueur-suceur, antennes plus ou moins longues, yeux plus ou moins développées, absents chez certains groupes. Les différentes parties du corps peuvent être plus ou moins soudées et chez certains, le corps ressemble à un bouclier (cochenilles). Ailes souvent présentes, antérieures et postérieurs semblables, membraneuses, incolores ou non. Chez les cochenilles, seuls les mâles sont ailés ; chez les pucerons, certains stades ou générations sont ailés. Pattes plus ou moins développés, parfois absentes. Métamorphoses incomplètes, mais souvent très compliquées car il existe des stades intermédiaires ; les larves ressemblent aux imagos. On observe aussi l’alternance de génération sexuées et asexuées et des changements de plantes-hôtes. Larves et imagos se nourrissent de sève et font souvent des dégâts accrus par les agents pathogènes qu’ils véhiculent. Environ 50 000 espèces dont 2 500 en France.

                Subdivision des Holométaboles. Elle comprend tous les ordres décrits ci-après. Insectes à métamorphoses complètes (œuf, larve, nymphe, imago). Les larves diffèrent profondément des imagos et ne possèdent pas d’ébauches alaires. Les nymphes ont également une forme différente de celle des adultes.

Ordre des Mégaloptères, sialis 

                Insectes de tailles moyenne ; corps allongé. Tête tournée en avant ; appareil buccal broyeur, antennes filiformes, assez longues, yeux composés, pas d’ocelles. Les deux paires d’ailes sont presque semblables, couleur fumée, nervures nombreuses (les longitudinales non divisées à l’extrémité) ; au repos, elles sont pliées en forme de toit au-dessus de l’abdomen. Les imagos vivent près de l’eau. Les larves, aquatiques, respirent à l’aide de branchies latérales ; elles nagent bien et ont un régime carnivore. Elles vont à terre pour la nymphose.  250 espèces dont 3 en Europe centrale. Servent de nourriture aux poissons.

Ordre des Raphidioptères, raphidies 

                Insectes de  20 à 30 mm  de long. Aspect étrange : tête tournée vers le bas, située à l’extrémité d’un prothorax très allongé, relevé. Appareil buccal broyeur, antennes filiformes assez longues, yeux composés, ocelles absents ou non. Corps allongé ; ailes longues, ovales, semblables, transparentes, réseau de nervures dense, les longitudinales divisées à l’extrémité. Les femelles ont un ovipositeur assez long. Métamorphoses complètes ; les larves ont 6 pattes. Larves et imagos carnivores.  100 espèces dont une douzaine en France.

Ordres des Planipennes, hémérobes, chrysopes, fourmillions 

                Insectes de dimensions et formes variées. Les imagos ont en commun des pièces buccales broyeuses, des antennes filiformes ou claviformes, des pattes semblables (sauf chez les mantispes) et des ailes peu différentes (sauf exception) à nervation dense (nervures longitudinales divisées à l’extrémité). Métamorphoses complètes. Les larves ont un appareil buccal piqueur-suceur permettant une digestion externe ; elles sont carnivores, terrestres, rarement aquatiques (dans ce cas, elles ont des branchies) ou amphibies. Les nymphes sont enfermées dans un cocon et ont les membres libres. Les imagos se tiennent généralement près des sites où les larves ont vécu ; ils sont généralement carnivores, parfois végétariens ou ne mangent rien (appareil buccal atrophié). Leur ressemblance avec les membres d’autres ordres entraîne souvent des confusions avec les psoques, odonates, mantes ; etc. A la diversité des formes correspond celle des genres de vie.  4 500 espèces dont environ 114 en Europe centrale.

Ordre des Coléoptères 

                Malgré le très grand nombre d’espèces dont l’aspect varie énormément, les coléoptères  forment un groupe homogène. On les reconnaît presque toujours à leurs ailes antérieures transformées en élytres rigides qui se joignent le long d’une ligne droite dorsale ; ce détail les sépare des autres ordres et notamment des hétéroptères. Les ailes postérieures, membraneuses, sont cachées sous les élytres et servent au vol actif (les élytres ont tout au plus une fonction de surface portante). Dans certains groupes (par exemple les staphylins), les élytres sont très courts et chez certaines espèces, ils manquent ; de même, chez diverses espèces, les ailes postérieures sont absentes et ces insectes ne peuvent pas voler. Pièces buccales broyeuses. Antennes et corps de forme et de longueur variées ; coloration très variable. Toutes les parties du corps peuvent porter diverses excroissances. La biologie est, elle aussi, très variable. Les Coléoptères habitent tous les milieux, leur nourriture est donc très variée. Métamorphoses complètes. Certaines espèces ont des hypermétamorphose (présence d’un stade supplémentaire). Sur plus de 500 000 espèces, au moins 9 500 vivent en France. Cet ordre est le plus vaste de tout le règne animal.

Ordre des Strepsiptères 

                Très petits insectes (maximum 4,5 mm) remarquables par leur forme et leur genre de vie. Chez les mâles, les ailes antérieures sont remplacées par des sortes de balanciers, les postérieures, très grandes sont étalées en éventail. Longévité faible. Les femelles ont un corps très modifié car elles vivent en parasites dans d’autres insectes, Hyménoptères et Hémiptères. Le premier stade larvaire est libre, les autres étant parasites dans les larves de l’hôte). Identification très difficile (il est essentiel de tenir compte de l’hôte). Environ 370 espèces dans le monde.

Ordre des Ephéméroptères, éphémères 

                Antennes courtes, appareil buccal atrophié. Une ou deux paires d’ailes, les postérieures toujours bien plus petites que les antérieures. L’extrémité de l’abdomen porte 2 longues soies et souvent une troisième entre elles. Les ailes, aux très nombreuses nervures, sont relevées verticalement au-dessus du dos, ce qui permet de distinguer les éphémères des autres insectes aquatiques. Les éphémères adultes ont une très brève existence, ne mangent pas et vivent près de l’eau. Métamorphoses incomplètes, les larves aquatiques vivent longtemps et respirent au moyen de branchies abdominales. Larves et adultes servent de nourriture aux poissons et aux oiseaux. 2 000 espèces connues, 70 en France.