Lever de soleil au-dessus de l'étang 

Je me sens bien, comme jamais je crois. Je ne pense à rien d'autre qu'à être là, avec eux, à me mélanger à eux, à les regarder vivre, sans jugement. 

Il n'y avait ni beauté ni laideur. Il n'y avait ni cruauté ni injustice... il y avait juste la vie, telle qu'ils la vivent chaque jour... sans mensonge, sans faux semblant. 

Que ce soit juste ou non, que ce soit utile ou non, que ce soit valable ou non... tout ça n'a aucune importance. 

Et puis peu à peu, le soleil se lève, une douce chaleur s'étend comme une couverture sur le champ silencieux, Le premier criquet fait entendre son chant, un autre lui répond... les couleurs s'animent. 

Petit à petit, comme à chaque fois... ma vision s'affine... mon regard rentre plus en avant... je m'accroupis, je redessine le monde à une autre dimension... et je devine alors, sous les feuilles, à la pliure des tiges, entre les pétales dormants des fleurs... quelques-uns de ceux qui ont pris tant d'importance dans ma vie. 

Enrobés de rosée, ils attendent, en harmonie avec la vie, que le soleil leur offre une nouvelle journée. 

J'arrive vers 7h30, heure à laquelle en général je croise les premières araignées, les premières sauterelles, la relève entre les papillons diurnes et nocturnes... Mais ce matin, rien... ou si peu ! 

Je commence pourtant à connaître un peu la cachette de chacun ! Je sais par exemple que les orties sont un lieu aimé de beaucoup... 

Lundi matin, trop fatiguée mais désireuse malgré tout d'aller à la rencontre de la nature, je décide de faire une petite entorse à mes habitude et de visiter un champ juste à la sortie de mon village. 

Le lieu est parfait car bénéficiant du soleil levant, au pied de la montagne et de sa forêt... j'ai sous la main un jeu complet d'habitats particuliers : hautes herbes (très hautes !!), quelques arbres fruitiers, ronces, orée du bois, abords de la rivière...